Regard biblique sur le féminisme

J’avais tellement hâte d’écrire mon premier article au sujet des femmes. Car sur ce site web, l’onglet « féminité » que vous avez choisi l’indique bien, je me propose d’écrire uniquement sur des sujets qui concernent la femme.

Aujourd’hui, le sujet sera le « Féminisme »! Que nous soyons conscientes ou non, nous sommes toutes affectées par le mouvement féminisme dans nos vies. Ne pas être vraiment consciente de sa présence dans notre quotidien, vient peut-être de notre manque de connaissance et de discussion sur le sujet.

Alors, comment prendre conscience de ses effets sur nous?

Dans mon nouveau livre, « Femme de Dieu audacieuse », j’ai un chapitre entier sur ce sujet. Alors, si vous avez à cœur d'en découvrir plus, n’hésitez pas à vous procurer le livre, ce chapitre est passionnant! Il a été un de mes préférés à écrire.

Mais pour aujourd’hui, j'aimerais développer un autre point que je n’ai pas touché dans ce chapitre. Question d’approfondir le sujet avec vous.

« En 1877, Charlotte Elizabeth McNeilly a essayé d'obtenir un divorce après 26 ans de mariage. Elle a décrit en détail les actes de violence posés par son mari; il menaçait de l'assassiner, la pourchassait avec une fourchette à viande, lui donnait des coups de pieds assez fort pour créer des ecchymoses noires sur son corps, l'avait presque étranglée et avait transpercé la gorge de son enfant avec un bâton (l'enfant est décédé par la suite). Elle avait aussi des preuves que son mari avait commis l'adultère. Elle avait tenté de devenir financièrement indépendante, mais il avait confisqué ses gains, ce qu'il était autorisé à faire en vertu de la loi. Sa demande de divorce a échoué; le juge n'a pas été convaincu par la preuve qu'elle a présenté, il a rejeté sa demande et elle a dû payer1.

Charlotte McNeilly a terriblement souffert. Son histoire est racontée dans l'introduction d'un livre publié récemment sur le féminisme afin de démontrer les injustices que les femmes ont subies dans le passé et que le féminisme a tenté de rectifier. C'est le genre d'histoire qu'on utilise pour appuyer l'argument qu'il fallait absolument réformer les lois sur le divorce, par exemple, à la fin du 19e siècle. Les féministes se sont battues pour une telle réforme afin que des cas comme celui de Charlotte McNeilly ne se reproduisent jamais.

Quel est le sort des femmes aujourd'hui, plus de 120 ans plus tard? Après des décennies de lobbyisme vigoureux de la part des féministes et l'apport de changements considérables dans les lois et dans l'opinion publique par rapport aux femmes, comment les femmes se portent-elles? On s'attendrait à ce que le portrait dépeint soit beaucoup plus heureux. Avec un mouvement si puissant, qui a eu tellement d'influence, la situation des femmes devrait être beaucoup plus positive qu'au temps de Charlotte McNeilly.

Il semble donc paradoxal que le sort des femmes dans la société d'aujourd'hui ne soit pas heureux du tout. La violence conjugale contre les femmes a atteint un niveau record et les femmes en général ont peur de sortir toute seules la nuit. Des adolescentes s'affament littéralement elles-mêmes afin de correspondre à une définition artificielle et malsaine de la beauté, pendant que des paroles de chansons rock sont remplies d'images dégradantes et misogynes. Les mères luttent pour s'occuper de leurs enfants malgré la pauvreté, ou ont la double responsabilité de leur emploi et des tâches ménagères. »1

1 Birkett Kirsten, The Essence of Feminism, Matthias Medias, Australia, 2000, pp 12-13

Dans ces quelques lignes, vous voyez un exemple de ce que les féministes ont voulu atteindre dans leur bataille (je ne suis pas en train de dire que c’est mal en soi ce qu’elles ont fait). Nous ne pouvons que constater que les femmes sont encore aujourd’hui dans la même position. Dans ce sens, des cas comme cette dame Charlotte, combien en existe-t-il selon vous?

Ce qui ressort majoritairement comme problème, c’est toujours ces deux factures : le mariage et/ou le travail. Dans les deux cas, les femmes semblent être démunies et souffrantes. Nous trouvons des preuves de cela dans à peu près tous les médias possibles : journaux, revues, livres, publicité, et bien sûr, à la télévision qui ne cesse de nous montrer des émissions de femmes insatisfaites dans leur rôle à la maison. Donc, elles se tournent vers le travail, ou autre chose, pour combler ce vide. Car le message du féminisme est, que la femme a besoin de remplir ce vide.

(Je reviendrai sur ce sujet dans un autre article.)

Je ne veux pas débattre à ce moment-ci, si on doit travailler ou pas, mon but est de faire ressortir que, pendant plusieurs siècles, sans nous en rendre compte, nous avons adhéré au mensonge véhiculé par la société séculière dans laquelle nous vivons.

En conséquence, aujourd’hui, il n’est pas rare de voir des femmes fatiguées, épuisées et à bout de souffle. Elles n’ont plus d’énergie pour faire tout ce dont nous sommes appelés à faire comme femme de Dieu selon les priorités bibliques. N’oublions pas que, par-dessus tout cela, nous devons selon la norme non dite, garder le sourire et rester fortes!

« Tout est sous contrôle, je suis une femme qui réussit
carrière, mariage, maison, mari et enfant… »

Une Martha Stewart professionnelle chrétienne.

Dites-moi donc alors :

  • Pourquoi y a-t-il tant de femmes qui trouvent cela difficile, et qui décrochent parce qu’elles trouvent que c’est impossible?
  • Serait-il possible que Dieu ne nous ait pas appelés à tout cela?
  • Ne serait-ce pas plutôt ces fausses valeurs du mouvement féminisme, enracinées en nous, qui nous affectent à ce point ?

Ce sont des questions pertinentes. Arrêtons-nous pour regarder ce que la Bible nous dit à ce sujet. Moi, la première, je vous dirais que ce n’est pas facile. Cela peut même parfois occasionner des conflits avec notre conjoint.

Ce qui est très clair,

  • nous avons été grandement influencées par ce mouvement,
  • nous devons mesurer comment le féminisme affecte nos pensées et notre vision sur Dieu
  • nous devons en prendre conscience personnellement.

POURQUOI ? Pour le mieux…

* pour changer notre façon de voir sur bien des choses,

ET PAR-DESSUS TOUT

* pour une meilleure compréhension des Écritures pour la Gloire de Dieu.

Je reviendrai sur ce sujet, c’est certain. Dieu met sur mon cœur l’importance de partager sur ce sujet.

Nous qui sommes libres en Jésus-Christ,

que nous puissions aussi être libres

des effets du féminisme dans nos vies…

pour sa Gloire!

Ann L Beaulieu,

8 Février 2013